Ecrire pour être lu : les techniques essentielles pour rédiger un texte efficace

Ecrire pour être lu : les techniques essentielles pour rédiger un texte efficace

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
  • 71
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    71
    Partages

TwitCount Button

Lettre commerciale, communiqué de presse, annonce publicitaire, contenu de votre site web : bien rédiger est indispensable pour faire passer vos messages. Vous aurez beau vendre le meilleur produit du monde, si vous n’en parlez pas de manière efficace, les gens passeront à côté. Voici donc quelques techniques simples pour que vos clients potentiels vous lisent et enregistrent bien le message que vous souhaitez leur faire passer.

Par souci de clarté, je vais prendre un exemple fictif. Celui d’une entreprise qui livre du vin à domicile. Cela tout en vous conseillant sur le meilleur vin en fonction de votre repas.

1/ Votre texte doit accrocher dès la première phrase

Un texte efficace n’est pas un roman à suspense. Le message principal doit être énoncé dès le départ. Vos lecteurs sont souvent pressés ou manquent de concentration. Si vous ne captez pas leur attention dès les premiers mots, ils décrocheront et iront voir ailleurs.

Ce qu’il ne faut pas faire :
Parfois, on a pensé à tout : la branche de thym qui relèvera ce délicieux sauté de mouton, la variété du plateau de fromages, les mignardises à déguster avec le café, etc. Et pourtant il suffit d’un rien pour gâcher un repas en famille ou entre amis. Comment bien accompagner ce risotto que vous avez préparé amoureusement ? Quel est le vin idéal pour le diner romantique que vous avez prévu ce soir ? Et même si vous en avez une idée, avez-vous pensé à l’acheter alors que vos convives sont sur le point d’arriver ?
MonSommelier.com vous conseille sur le meilleur vin à choisir et vous le livre en quelques minutes.

Ok, c’est sympa, vous pensiez avoir ménagé le suspense, voire installé dans la tête de votre prospect une angoisse qui allait le tenir en haleine jusqu’à la fin du film ! Sauf qu’en fait il a décroché depuis le « sauté de mouton » et qu’il est déjà sur le site de « PinardChezVous.com ».

Ce qu’il fallait faire :
MonSommelier.com vous conseille sur le meilleur vin à choisir pour accompagner vos repas. Nous vous livrons ensuite les bouteilles en moins de 30 minutes.

Là, le message est direct, clair, précis. Vous aurez le loisir de décliner ensuite comment s’effectue le « conseil » en fonction du type de repas, la variété de vins que vous livrez. Bref, de décrire la variété des services offerts en fonction des problématiques qui peuvent se poser à votre client.

2/ Votre texte doit être le plus accessible possible

Ce n’est pas parce que vous utiliserez des mots compliqués qu’on vous prendra davantage au sérieux, au contraire. Vos clients potentiels ne sont pas là pour lire du Proust mais pour s’informer. Le vocabulaire usuel est limité. Si votre lecteur ne comprend pas un mot, il n’ira pas chercher sa signification dans le dictionnaire. Il arrêtera juste de vous lire.

Ce qu’il ne faut pas faire :

Organiser un bon repas prend du temps et, par obligation, nous avons tendance à nous laisser aller à la procrastination. Un malencontreux oubli peut alors poindre. Fort heureusement, MonSommelier.com est là pour vous apporter la solution idoine.

Ce qu’il fallait faire :

Organiser un bon repas prend du temps. Et parce que vous en manquez, vous attendez parfois le dernier moment. Concentré sur votre cuisine, vous en avez oublié le vin. MonSommelier.com vous conseille sur le meilleur accompagnement. Nous vous aidons dans votre choix et nous vous livrons en quelques minutes.

3/ L’écriture doit être directe

Pour cela, il faut avoir quelques techniques en tête : Une seule idée par phrase. Si vous donnez deux informations dans la même phrase, elles vont se télescoper et aucune ne sera retenue au final.

Exemple :
Nous vous livrons en moins de 30 minutes des bouteilles de vins français ou étrangers dont le prix varie entre 20 et 120 euros.
Vous avez embrouillé tout le monde avec 3 infos dans la même phrase : délai de livraison, types de vins, tarifs… Ces informations doivent faire l’objet de phrases distinctes : Nous vous livrons en moins de 30 minutes. Notre cave vous offre une large sélection de vins français et étrangers. Nos tarifs varient entre 20 et 120 euros.

Des phrases courtes. Vous n’êtes pas là pour montrer vos talents d’écrivain mais pour capter un prospect.

Exemple :

Une fois votre vin sélectionné avec précision et finesse, il ne vous reste plus qu’à simplement valider votre choix et nous vous livrerons dans les plus brefs délais, soit moins de 30 minutes après l’envoi de votre commande.
Non, tout cela pouvait se résumer ainsi : Validez votre sélection et nous vous livrons dans les 30 minutes.

Oubliez les adverbes. Des mots comme « cependant », « pourtant », néanmoins », « heureusement » (et tous les adverbes en « -ment ») alourdissent les phrases. Ils sont à la fois inutiles et contre-productifs.

Exemple :

Fort malheureusement, n’étant pas œnologue, vous ne savez pas quel vin choisir. Ne désespérez pas, nos sommeliers sont là pour vous apporter les meilleurs conseils possibles. N’oubliez pas toutefois de bien leur décrire le plus précisément possible le type de diner que vous avez amoureusement préparé.
Horrible, n’est-ce pas ? Il aurait été si simple d’écrire ceci : Décrivez à nos sommeliers le type de repas que vous organisez, ils sélectionneront pour vous les meilleurs vins.

Attention à la ponctuation. Le simple « . » est votre meilleur ami. La « , » est rarement évitable. le « ; » est interdit. Quant au « ! », il est souvent ridicule. Contrairement à ce que beaucoup de gens croient le « ! » n’indique pas une affirmation. C’est le « . » qui joue ce rôle. Evitez aussi l’emploi de parenthèses. Si une information est mise entre parenthèses, c’est souvent qu’elle est inutile. Idem pour les guillemets qui indiquent une hésitation ou de l’ironie. Si vous mettez un mot entre guillemets, c’est souvent parce que ce n’est pas le bon mot à utiliser.

Exemple :

Notre cave comprend toutes sortes de « breuvages » ! Bordeaux (Médoc, Saint-Emilion, Côtes de Bourg, Entre-deux-mers…), Bourgogne, Beaujolais, vins d’Alsace (rouges ou blancs) ; vins californiens, espagnols, chiliens ; champagnes (bien frais !), etc… Que de choix !!!

Non seulement la phrase est bordélique mais elle vous décrédibilise complètement. On ne vient pas chez vous pour avoir le sentiment d’être dans une foire à la saucisse. Mieux vaut écrire ceci :

Notre cave comprend un large choix de vins de toutes origines. Bordeaux, Bourgogne, Beaujolais, vins d’Alsace, californiens, espagnols, chiliens, champagnes, etc.

4/ Le problème des répétitions

 

Pour un discours politique, Il est de coutume de dire que pour qu’une information soit retenue, elle doit être dite 3 fois. Et qu’y a-t-il de plus marketing qu’un discours politique ? De fait, il ne s’agit pas de marteler la même phrase 3 fois de suite. Il faut la décliner sous des formes différentes afin de toucher des publics différents. Votre prospect est-il un homme ou une femme ? Un connaisseur ou un parfait néophyte ? Un gourmet ou un gourmant ? Votre message doit s’adresser à toutes ces personnes, ce qui nécessite de trouver des tournures de phrases adaptées.

Exemple :

Un bon vin, c’est aussi un beau moment de partage et de convivialité.
Un bon vin, c’est une manière de sublimer vos plats.
Quel dommage de rater un repas à cause d’un mauvais choix de vin.

Toutes ces phrases vont dans le même sens : un bon choix de vin est essentiel pour réussir votre diner. Mais chacune d’elle s’adresse à un public différent. Bien sûr il ne faut pas les transcrire à la suite, mais les disséminer au long du texte.

Par ailleurs, il est impératif d’éviter les répétitions de vocabulaire. La langue française est riche de synonymes, servez-vous-en. Par exemple, un vin peut se déguster, se boire, se consommer, se savourer, se prendre, se partager…

Exemple :

Votre dîner est presque parfait. Mais vous avez oublié ce petit « plus » qui le rendra inoubliable. Boire un petit coup n’est pas seulement agréable, le choix de la boisson peut rendre votre dîner inoubliable.
Il aurait été si simple de d’écrire :
Votre diner est presque parfait. Mais il vous manque ce petit « plus » qui le rendra inoubliable. Boire un petit coup n’est pas seulement agréable, le choix du vin peut rendre votre repas hors-du-commun.

Une bonne construction de votre texte peut résoudre une large partie du problème. Utilisez la structure de la pyramide inversée décrite dans le paragraphe suivant.

5 / Construire votre texte de manière à aller du plus important au plus anecdotique

Dans ce cas précis, on peut hiérarchiser les informations ainsi :
1/ conseil et sélection du vin dont vous avez besoin
2/ grand choix de vins possibles (avec conseils pour vous aider à le sélectionner)
3/ livraison rapide chez vous
3/ prestations autres (champagne, voire apéritifs, pourquoi pas même un sommelier à domicile)
5/ prix attractifs (au vu de la prestation)

Il vous faudra donc rédiger votre texte en autant de paragraphes que de points à traiter. Toujours en allant du plus important ou plus anecdotique.
Sur ce point, on touche à une règle commerciale de base : la règles des 5 oui (ou des 4, c’est suffisant).
Ici, les questions que doit se poser les prospects et auxquelles il doit répondre oui sont les suivantes :

1/ Un bon vin serait-il un vrai « plus » mon réussir on repas ? OUI
2/ Ai-je les bonnes informations pour choisir mon vin ? OUI
3/ Le site a-t-il le vin qu’il me faut ? OUI
4/ Puis-je être livré dans les délais ? OUI
5/ L’ensemble des services proposés est-il à la hauteur de mes attentes ? OUI

La question suivante sera donc « dois-je valider ma commande ? ». Si les réponses précédentes ont été OUI, alors la commande sera en effet validée.

Dans ce cadre, oubliez de vouloir rédiger une conclusion à votre teste. Elle serait inutile voire contreproductive.

Derniers petits détails

Evitez l’humour. Ce qui vous semble hilarant peut sembler à d’autres idiot voire être vu comme un signe d’incompétence.
Soignez l’orthographe (oui la moindre petite faute peut faire fuir).
Restez le plus court possible, ce genre de textes est un moyen d’accrocher le client, et non pas une dissertation sur la qualité de vos produits/services.
S’il s’agit d’un texte sur un site internet, pensez à mettre des liens clairement identifiables pour chaque point que vous abordez. Vous pouvez même décider de scinder votre texte en différentes parties qui se placeront sur différentes pages. Sur le web, le visuel est souvent plus regardé que le texte. Il est donc indispensable que votre texte apporte un « plus » et non pas juste un descriptif dont on pourrait se passer.

6/ Et pour terminer : le titre

Le titre est censé résumer parfaitement le texte. Cela peut surprendre mais on ne choisit le titre qu’à la fin de la rédaction. Cela afin d’éviter qu’il y ait un décalage dans le ton ou dans le fond entre le titre et le texte. Le titre n’est pas le sujet, c’est une accroche. Pour autant, oubliez l’éternel jeu de mots simpliste, surtout s’il n’est pas en adéquation avec le ton du texte. Le choisir une fois que vous avez mis un point final au texte vous permet de rester dans la même humeur que le texte. Mieux vaut un titre sérieux qui résume bien le texte qu’un titre dont la drôlerie est aléatoire.
L’erreur est fréquente d’écrire le titre avant le texte. C’est un piège. Le titre est une promesse. Si le texte ne répond pas à cette promesse alors le lecteur sera déçu et donc perdu.
Le « J’accuse… ! » d’Emile Zola est l’un des titres d’articles les plus emblématiques. Zola avait juste titré « Lettre au Président de la République ». C’est Clémenceau qui proposa le « J’accuse… ! » en ayant lu l’article. De fait, ici, le titre et son sous-titre sont parfaitement complémentaires. La promesse est idéalement tenue.



Vous aimez cet article ? Partagez-le !
  • 71
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    71
    Partages
Axel Belliard

Axel Belliard est diplômé d’une grande école de commerce et d’une école de journalisme. Il a été rédacteur en chef de plusieurs magasines spécialisés dans des secteurs comme les travaux publics ou les jeux vidéo. Il anime également des ateliers d’écriture.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
VARIN Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
VARIN
Invité
VARIN

Bonjour

Merci pour cet article. Je voulais vous expliquer pourquoi mais je vais à l’essentiel …:)
Merci encore pour ces conseils judicieux ….attention toutefois, car le contenu peut aussi être une véritable VA à condition d’accepter d’entrer dans le détail …mais l’un ne contredit pas l’autre.
Bonne journée
Eric

Prénom
Eric
error: Ce contenu est protégé !!